Pourquoi faire corriger ses écrits ?

→ Parce que personne n’est à l’abri des fautes.
En effet, tout le monde peut faire des fautes (d’orthographe, de frappe, de typographie…), même les meilleurs rédacteurs, et ce, quels que soient l’âge, le sexe, le niveau d’études, la catégorie socioprofessionnelle… et le temps passé à écrire et à relire (lire l'article À quoi sert Elephas ?) !
Pour s’assurer d’un travail bien fait, il est primordial de faire relire et corriger ses écrits par quelqu’un d’autre (mais pas n’importe qui), ce qui, en plus de supprimer toutes les fautes et incohérences, permet d’éviter stress et appréhension

→ Parce que les correcteurs automatiques sont loin d’être fiables à 100 %.
En effet, il leur est impossible de comprendre réellement le sens de ce qui est écrit (la structure d’une phrase, par exemple). Il leur arrive ainsi de signaler des fautes inexistantes ou d’ignorer des fautes existantes.
Pour publier des écrits plus efficaces (c’est-à-dire plus clairs et plus faciles à comprendre par l’ensemble des destinataires), il est important de solliciter un « œil humain expert », qui sera capable de voir et de corriger ce que les correcteurs automatiques ne voient pas et ne corrigent donc pas (mais aussi tout le reste, bien évidemment).

→ Parce qu’une simple faute peut tout gâcher !
En effet, il ne faut surtout pas négliger l’orthographe, qui a une importance capitale. La communication doit être irréprochable, tant au niveau de la rédaction que de l’orthographe.



Publier des écrits de qualité, c’est :

  • faire preuve de sérieux, de professionnalisme, de compétence et de crédibilité ;
  • accorder de l’importance au(x) destinataire(s) et le(s) respecter ;
  • contribuer à sa propre réussite et à celle des personnes (associations, entreprises, institutions…) représentées et renforcer sa notoriété ;
  • affirmer son identité.

Bref, c’est avant tout donner une bonne image de soi ! Logiquement, publier des écrits truffés de fautes, c’est tout l’inverse ! Et une seule faute (notamment si elle est « énorme ») suffit souvent à nuire…
De plus, l’aspect financier peut entrer en compte. En effet, il vaut mieux dépenser quelques euros pour un message qui sera envoyé à neuf-cents personnes, pour une publicité qui sera distribuée dans cinq-mille boîtes aux lettres ou pour une enseigne qui sera visible pendant vingt, trente ou quarante ans, plutôt que de devoir tout réimprimer après avoir éventuellement remarqué une faute. (Par ailleurs, sans entrer dans le détail, il faut savoir que des études prouvent que les fautes, notamment sur le site Internet d’une entreprise, peuvent faire chuter son chiffre d’affaires. Les pertes financières peuvent donc être plus importantes.)
Pour éviter toute erreur, il est donc beaucoup plus prudent et judicieux de faire corriger ses écrits avant de les publier, d’autant plus qu’une seule correction suffit, mais que des centaines de publications sont ensuite possibles ! Finalement, il s’agit d’un petit coût pour une grande économie.


Pour illustrer, voici quelques exemples concrets qui prouvent qu’il ne faut surtout pas hésiter à faire appel à un correcteur professionnel…

  • Pour les étudiants, la rédaction d’une thèse, d’un mémoire ou d’un rapport de stage représente un enjeu déterminant pour la poursuite des études ou l’entrée dans le milieu professionnel. Faire appel à un correcteur professionnel, c’est gagner un temps précieux (qui fait souvent défaut pendant les études), s’assurer d’un travail de qualité, gagner en sérénité avant une épreuve orale, ne pas prendre le risque de devoir répondre à des questions sur la maîtrise de la langue française devant un jury, ne pas perdre des points inutilement…
  • Pour les particuliers, la rédaction d’un C.V. et d’une lettre de motivation représente un enjeu déterminant pour la réussite professionnelle (obtention d’un emploi ou d’un stage), car ces deux documents ont plus de chance d’être remarqués et lus (entièrement) s’ils sont bien présentés et sans fautes (dans le cas contraire, ils sont généralement « supprimés » dès les premières lignes). Faire appel à un correcteur professionnel, c’est faire preuve de sérieux et de professionnalisme, montrer sa motivation, ne pas prendre le risque de perdre un stage ou un emploi…
  • Pour les entreprises, la rédaction d’un écrit quelconque (à destination des clients, des fournisseurs, des médias, des établissements bancaires, des organismes sociaux…) représente un enjeu déterminant pour la réussite professionnelle et la notoriété, quel que soit le domaine d’activité. Faire appel à un correcteur professionnel, c’est éviter de perdre un contrat ou un client, ne pas prendre le risque de nuire à l’image et à la crédibilité, respecter les nombreux interlocuteurs…

En résumé, faire corriger ses écrits en faisant appel à un correcteur professionnel, c’est choisir de réussir !

Pourquoi faire appel à Elephas ?

→ Parce que c’est sûr !

Pour exercer son activité de correction, Elephas a deux atouts et cinq « mots d’ordre », tous absolument primordiaux pour vous offrir un service de qualité.

  • Les deux atouts :
    - maîtrise de la langue française et de ses subtilités (lire l'article Qui se cache derrière Elephas ?) ;
    - maîtrise des règles orthotypographiques (ponctuation, accentuation…).
  • Les cinq « mots d’ordre » :
    - professionnalisme ;
    - sérieux ;
    - rigueur ;
    - cohérence ;
    - confidentialité.

Après la correction de vos écrits, ceux-ci sont donc prêts à être (re)publiés !
En plus de vous assurer de ses compétences, Elephas tient à ce que son service soit également sûr d’un point de vue « technique ». Pour cela, comme c’est expliqué plus précisément ci-dessous, tous les documents (qu’il s’agisse des écrits à corriger ou des factures à régler, par exemple) sont envoyés par e-mail (pas de risque qu’un courrier ne s’égare en route), et le règlement s’effectue à distance, par le biais d’un terminal de paiement électronique et d’un téléphone pour la transmission des coordonnées de carte bancaire (aucune trace écrite de celles-ci).

→ Parce que c’est simple !

Même si cela peut paraître compliqué de procéder ainsi, Elephas n’applique pas un seul tarif, mais plusieurs : des tarifs à l’unité, en fonction du nombre de caractères ou de pages, mais aussi des forfaits… pour que vous sachiez à l’avance combien cela va vous coûter (au moins approximativement, notamment si la rédaction de votre écrit n’est pas terminée) et pour que ce soit le plus « juste » possible (pas de facturation en fonction du temps passé à corriger ou du nombre de fautes corrigées). Ainsi, le tarif annoncé sur le devis est exactement le même que le tarif à régler à la fin, et aucune mauvaise surprise n’est à prévoir ! Cependant, si du texte supplémentaire est transmis à Elephas avant la fin de la correction (ajout d’un paragraphe, par exemple), le tarif sera logiquement modifié.
En parallèle, ce qui est simple, c’est qu’il n’y a aucune limite concernant le support (papier, tissu, plastique, verre…), le volume (quelques lignes, un paragraphe, quinze chapitres, quatre-cents pages…) et la distance, qui n’est absolument pas un frein ! En effet, que vous habitiez dans les Hauts-de-France (où est établi le siège social d’Elephas), dans d’autres régions de France, voire même dans d’autres pays, Elephas peut corriger vos écrits ! Le principal est qu’ils soient rédigés en français (de France) ! 
S’il n’y a aucune limite de distance, c’est parce que tout se fait… à distance ! En effet, de la première prise de contact au règlement, deux outils (indispensables de nos jours) suffisent : un téléphone et un ordinateur. Car, même si tout passe quasiment par l’informatique, des appels téléphoniques avec Elephas sont bien évidemment possibles, notamment pour demander des renseignements et, quoi qu’il en soit, pour transmettre les coordonnées de carte bancaire au moment du règlement.

Mais, concrètement, comment procéder pour qu’Elephas corrige vos écrits ?

Partons du principe que vous n’envoyez qu’un seul écrit (pour commencer)…
Quand tout est « en règle » (devis accepté et signé, éventuel acompte versé…), votre écrit « circule » de votre ordinateur à celui d’Elephas.

S’il s’agit d’un écrit… il faut envoyer le document…
… imprimé sur du papier, … au format « .doc(x) » s’il existe une version numérique ou scanné s’il n’existe pas de version numérique.
… imprimé sur un autre support que le papier (tissu, plastique, verre…), … photographié (en faisant bien attention à la qualité de la photo).
… manuscrit, … scanné (en faisant bien attention à la lisibilité de l’écriture).
… numérique, … au format « .doc(x) », « .xls(x) », « .ppt(x) » ou à tout autre format compatible* avec l’ordinateur d’Elephas.

Si vous pensez ne pas trouver ce qui correspond à votre écrit (format particulier) dans le tableau ci-dessus, n’hésitez surtout pas à contacter Elephas, afin que votre demande soit étudiée…
L’ordinateur d’Elephas n’est pas un Mac… Par conséquent, si vous travaillez sur un Mac, une conversion de vos documents sera nécessaire avant de les envoyer.
(À noter que, si vous bénéficiez d’une remise, il faudra scanner et envoyer une pièce justificative au moment de la signature du devis.)

Après réception de votre écrit par e-mail, Elephas le corrige à l’écran… ou à la main s’il s’agit d’un document photographié ou scanné. Dans ce cas, si c’est possible (pour une question de lisibilité), le document est imprimé, et Elephas corrige directement dessus.
Dans tous les cas, après correction de votre écrit, Elephas vous le renvoie par e-mail (au même format qu’au départ ou scanné si la correction s’est effectuée manuellement).

Voici un schéma qui illustre (simplement) comment cela fonctionne pour la transmission des écrits, avant et après correction.

→ Parce que c’est sympathique !

Derrière Elephas se cache une personne, et non une machine ou un logiciel. Des échanges sont donc possibles, soit par téléphone, soit par Internet, soit « vraiment » (car Elephas a aussi une vie sociale ). Dans tous les cas, ces échanges sont personnalisés et visent à vous mettre à l’aise, à créer un climat de confiance et une certaine proximité, malgré la distance.
Il y a bien évidemment un premier contact (qu’il s’agisse simplement d’obtenir des informations ou d’entrer directement dans le « vif du sujet », avec une demande de correction). Mais le contact suivant ne correspond pas à l’envoi de la facture et au règlement. Non ! Entre ces deux étapes, d’autres échanges se font naturellement. Pourquoi ? Parce qu’Elephas peut ne pas comprendre le sens d’une phrase, avoir un doute sur une information, souhaiter vous conseiller sur un point précis… et, ne préférant pas commettre d’impairs, va naturellement vous contacter (généralement en vous envoyant un document listant l’ensemble des éléments à revoir), pour que vous puissiez lui apporter les précisions nécessaires et pour que les bonnes corrections soient ensuite effectuées. De votre côté, vous pouvez avoir besoin de solliciter Elephas si vous vous rendez compte que vous avez oublié de faire certaines modifications, d’envoyer une page, de préciser quelques détails importants… Il n’est jamais trop tard ! C’est pourquoi il est important d’anticiper au maximum l’envoi de vos écrits, pour bénéficier de délais raisonnables (relativement longs si les écrits sont volumineux, par exemple) et pour justement laisser le temps d’échanger, de revoir ce qui est à revoir et de relire une seconde fois, d’autant plus qu’Elephas aime que vous puissiez aussi relire complètement la version corrigée de vos écrits, afin de s’assurer de votre satisfaction. Ainsi, si vous avez des remarques, des questions, des doutes… vous n’aurez qu’à contacter Elephas, qui pourra vous « éclairer » et modifier certaines choses en conséquence (si nécessaire).

En bref, dans la mesure du possible, tout est fait pour vous satisfaire, notamment concernant :

  • la disponibilité, la réactivité et le respect des délais ;
  • l’adaptation aux demandes particulières (choix de l’orthographe, mise en évidence de certaines fautes ou reformulations…).

Échanger avec vous permet de plus facilement comprendre vos demandes et de mieux y répondre.
De plus, en choisissant de travailler avec Elephas, vous favorisez l’humain plutôt que la machine, la petite entreprise plutôt que la grande agence. C’est plus sympathique, non ?

Finalement, trois « s » suffisent à résumer le service de correction proposé par Elephas : sûr, simple et sympathique ! Alors, pourquoi hésiter ?




Pour tout savoir sur Elephas, n’hésitez pas à cliquer sur les différents onglets ci-dessous :